mercredi 29 octobre 2008

Incompréhension

J’ai toujours eu une étrange fascination pour les parisiennes.

La vraie, bien sur, pas la banlieusarde ni l’étudiante immigrée pour l’occasion. Non, le titre de Parisienne s’obtient par héritage un peu comme la noblesse, d’ailleurs c’est très souvent lié. La Parisienne habite un appartement splendide, sur deux étages, au beau milieu des quartiers chics. Dans ces petits palaces vous ne trouverez pas de télé car elle abhorre ce nouvel opium du peuple. D’immenses bibliothèques couvrent les murs, garnies de Tolstoï, Heidegger, Doisneau ou Bach. Légumes et fruits inconnus peuplent les tables, bibelots des quatre coins du monde et miroirs sur les meubles Louis XVI.
La Parisienne n’aime pas le métro, tellement insalubre et nauséabond, le vélo lui sied plus car il permet d’admirer cette ville qui est si beeelle vous comprenez. Elle est élégante en toute occasion, sa longue écharpe blanche, ou bleue, ou rouge, flotte derrière elle comme les volutes de parfum. Elle est bruyante, ses talons résonnent sur les pavés ainsi que son rire promené. La Parisienne aime parler de tout et de rien, de la dernière expo au grand palais (tout) ou bien de la misère en Afrique subsaharienne (rien), avec un sérieux n’oubliant pas qu’on est peu de choses et que la vie n’est qu’une seconde. La Parisienne adore les terrasses de café où l’on peut juger des malheurs du monde et des pauvretés des cultures sans se lever de sa chaise.
Souvent très belle, la Parisienne sait que le monde lui appartient. Alors elle s’invente des chimères pour souffrir elle aussi, pour s’excuser devant la misère universelle de sa réussite innée. Sa sensibilité, son intelligence deviennent des plaies, elle sait mieux que les masses comprendre la futilité et la douleur de l’existence.

J’ai toujours eu pour les parisiennes une étrange fascination.

Mo²...

2 commentaires:

Lcf a dit…

Que répondrais tu à qqun t'accusant de te complaire dans un cliché ?
Et de parler de La parisienne comme on parlait Du juif à une certaine époque ?
:p

Mo²... a dit…

Précisement, je cherchais à m'enfoncer le plus loin possible dans le cliché ! Un bon billetiste doit savoir décripter les régularités sociales et en tirer parti...
quand aux juifs je ne pense pas que ce soit comparable : je dis que les parisiennes sont belles, pas qu'elles ont le nez crochu !

A prendre au degré qui convient, bien sur...