jeudi 7 août 2008

07 Aout 2008

Les membres du CIO, le Comité International Olympique, peuvent se réjouir : à la veille de l’ouverture de la compétition, leur objectif est déjà atteint. Rappelons que rien n’était acquis : attribuer l’organisation des Jeux à la Chine fut un acte fort qui entraina des contestations grandissantes.
Il faut cependant bien l’admettre : des efforts ont été fait et ces JO apporteront un véritable plus dans la défense des non-droits de l’homme en Chine. Plusieurs progrès sont déjà visibles : les retransmissions ne seront pas en direct, un léger différé sera appliqué pour un meilleur contrôle de la qualité de l’information. L’accès à Internet a été mis sous tutelle du gouvernement comme le réclamaient les défenseurs de la non-liberté d’expression. La place de l’Amour – anciennement place Tiananmen - est devenue un lieu populaire apprécié.
Après avoir longtemps tergiversé, les principaux chefs d’Etat ont décidé de ne pas assister à la cérémonie d’ouverture, afin de ne pas donner une teinte politique à cette manifestation sportive.
A Pékin,
Mo²…

3 commentaires:

joel a dit…

très bon billet, prose agréable à lire.
L'avant J.O se terminent donc. Place à non moins intéressant pendant J.O qui, je pense, nous réserve encore bien des surprises.
La grande question que je me posais (toujours), étant la gestion des supporters/foules en contraste avec la population locale. Dédain, mépris, admiration ?

Léna a dit…

place de l'Amour ? On dirait du Orwell.

Mo²... a dit…

en effet, dans 1984, Orwell parle d'un ministère de l'Amour aux attributions disons.. spéciale!

il s'agissait bien sur d'une allusion - qui à toute sa place ici - à ce magnifique roman !